Source: Flickr

(image Flick.fr)

Quand on attend son premier enfant, tout est nouveau tout beau...et je me souviens parfaitement de toutes ces sensations inédites pour moi.

 

Tout commence finalement avec la première fois où on désire cet enfant, où on se dit : "Ca y est, nous sommes prêts, on se lance"

 

S'en suivent les premières fois où on compte les jours, à l'affût du moindre signe de l'ovulation, les premiers psychotages, les premiers "tiens, bizarre, j'ai la nausée ce matin, je ne serais pas enceinte?"...ces premières désillusions aussi, parce-que, non, on est pas enceinte, mais on est plutôt, devenue une machine de guerre, prête à se trouver n'importe quel symptôme pour y croire...

 

Viennent donc les premières grosses déceptions...qui se transforment, une fois qu'on s'est ressaisie, en : "tant pis, ce sera pour le mois prochain...", plus combattive que jamais!

Pour mon premier enfant, cette période a duré bien longtemps, et j'étais arrivée à un point où tout espoir avait disparu.....l'idée d'enfanter avait été rangée au placard, avec tout plein de rêves....

 

Et un jour, comme par enchantement, comme un petit miracle, alors que je ne m'y attendais pas du tout : un retard, une barre, un + ......

 

Le premier + !!!!

 

Et avec lui, ce sentiment extrême, complètement inexplicable, les mains qui tremblent, le coeur qui s'emballe, les idées qui se bousclent dans la tête....la transformation qui opère déjà....

 

Puis, ce sera une succesion des premières fois...première visite pré-natale, premières nausées, premières douleurs ligamentaires, premières échos, premiers achats dans un magasin de puériculture, premières lectures de Parents magazine, premiers achats de culottes en papier et coussinets d'allaitement, première fois qu'on s'intéresse vraiment à la péridurale, premières discussions sur des forums de femmes enceintes, premières angoisses, premières questions sur le co-dodo, les vaccins, le mode de garde, l'homéopathie pour les poussées dentaires, premières fois qu'on ouvre un bouquin sur les prénoms, premières fois qu'on doit s'asseoir par terre pour mettre ses chaussures, premiers cours de préparation à l'accouchement, premières fois qu'on entend parler de son périné, première fois où on se lève pour nous laisser sa place...première fois qu'on s'inscrit dans une maternité, première fois qu'on se demande, affolée: "c'est CA le bouchon muqueux???!!", première fois qu'on note sur un bout de papier le temps qui sépare deux contractions, première fois qu'on grogne "Plus jammaaaiiis ça bord** de put*** de mer** !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"........première fois qu'on croit crever, pour de vrai.......et première fois qu'on tend les mains pour accueillir cet enfant, notre enfant...premier peau à peau, première tetée de bienvenue, premier émerveillement...premier jour du reste de notre vie.

 

Toutes ces premières fois, je les ai vécu le plus intensément, le plus naturellement possible...sanc aucun effort d'ailleurs...tout coulait de source et tout allait dans le bon sens.

 

Pour mon deuxième enfant, ce fut différent, mon fils n'avait encore que 16 mois, mon corps et ma tête n'avaient encore rien oublié (ou si peu) et j'étais encore en mode "matrice".

 

ET au fond de moi, et ce, même si le jour où je l'ai mis au monde, j'ai encore répété "Plus jamaaaiiis ça, bord** de put*** de mer**!!!!!!!!!", je savais que je recommencerais!

 

Et bien oui, 4 ans et quelques plus tard, me voilà de nouveau enceinte......et je me souviens très bien du jour où j'ai fais ce test précoce de grossesse, dans la salle de bains, et que j'ai vu cette mini ombre siii pâle apparaître et que l'espoir renaissait en moi, tout juste un mois après ma fausse-couche. Je me suis dit à ce moment précis que ce que j'étais entrain de vivre, ce serait la dernière fois.

 

Ce qui m'a frappé, c'est que cette dernière fois, se vit comme une première fois.....tout a la même saveur....

 

La saveur d'un cadeau du ciel, ou de la nature, ou de la Vie, enfin, bref, d'un cadeau!

 

La saveur de quelque chose d'unique, de magique, d'éphémère, de si rare.

 

Je regrette un peu que des soucis, comme le décollement du trophoblaste, m'aient finalement gâché certains moments de plaisir, me volant de la plénitude et de l'insouciance, et que le souvenir douloureux de la dernière grossesse arrêtée m'ait à ce point perturbée, mais heureusement, je garde en moi cette douceur et ce plaisir de chaque moment....d'être enceinte.

 

Et à chaque fois que j'ai mal, que je me dandine comme une oie boulimique, que ma doc mesure mon ventre, que je maudis mon repas à cause de remontées acides, que j'ai du mal à me retourner dans mon lit, que je crois sentir bouger ma Libellule, que je prend RDV pour une échographie, que je reçois un mail d'un magasin de puériculture (qui me traque et trouve mon adresse mail je ne sais pas comment...), que je m'achète des vêtements adaptés à mon état, que je regarde mon ventre dans la glace, que je pose délicatement ma main dessus et que je tente de ressentir quelque chose, chaque fois, que tout bêtement, je dis à quelqu'un que je suis enceinte, que je me rend, chaque mois, au laboratoire d'analyses, et que je regarde ce mur et ce tableau immonde accroché au mur pendant que l'infirmière me pique, chaque fois que je me projette avec un nouveau bébé à la maison, chaque fois que je flippe comme une folle en pensant à l'accouchement, aux nuits blanches....toutes ces fois-là, je me dis, que ce sont les dernières fois.....et comme les premières fois, je les savoure avec délectation...

 

Ensuite, ce sera fini.......tout cela ne sera que souvenirs...très certainement les meilleurs de toute ma vie...et je pourrai leur raconter, à eux trois, à quel point j'ai aimé les attendre et les accueillir dans ma vie, qui ne serait rien sans eux......