10346601_830881833598472_73111401754133090_n

"Maman, demain, quand tu vas revenir à la maison avec le bébé, ce sera le plus beau jour de ma vie! Et toi et papa est-ce-que vous aussi c'était votre plus beau jour de votre vie quand tu es revenue avec moi? et avec mon frère?"

Oh oui..... <3

Mais je dirais plutôt que c'est le jour où je vous ai donné la vie, les 3 plus beaux jours de ma vie.

C'est alors ainsi que le mardi 08 juillet, à 11H02, j'ai de nouveau connu cet instant placé au dessus de tous les instants intersidéralement kiffants de toute une vie, les plus magiques, les plus transcendants, les plus divins, les plus douloureux, les plus superbes : la mise au monde de mon enfant.

Episode 1 : La puce à l'oreille

Le lundi 07 juillet, Mari est en congé....et la veille, mon grand, avant d'aller se coucher, m'avait demandé si le lendemain matin il pourrait me préparer mon petit dej et me le servir au lit (il a vu ça dans une pub)...je lui avais répondu qu'il faudrait qu'il voit ça avec papa....C'est comme ça que le lundi matin, vers 10H30/11H00, grasse mat oblige pour tout le monde, je me suis retrouvée dans mon lit, à les entendre tous les 3 préparer mon p'tit dej, et que sur mon lit est arrivé un joli plateau avec un café au lait, un petit pain, 3 biscottes à la confiture de mûre, un abricot et un verre de jus multivitaminé.......que j'ai savouré, tranquillement allongée...un délicieux moment, des enfants tous fiers, un Mari aussi............Bref, une bien jolie image, un bien joli moment, pour ce que je sentais déjà au fond de moi : mon "dernier" petit déjeuner à la maison, en tout cas, mon dernier en temps que femme enceinte......

 

20140707_110152

 

Puis, encore allongée, j'ai dit à Mari : "Je te préviens, je sens que c'est pour bientôt, peut-être même pour aujourd'hui, j'ai mal aux reins, comme une douleur de règles...c'est bizarre"....il m'a répondu qu'il était OK! (tant mieux hein! ^^)

Puis je me suis rendue compte que mon téléphone portable avait choisi son EXCELLENT moment pour tomber en panne durant la nuit, sans crier gare!

Il ne s'allume plus, bipe dans tous les sens, ne prend plus la charge, reste desespérement écran noir !!!

Panique à bord...je ne me vois pas être à deux doigts de l'accouchement et me retrouver sans téléphone!!

Il faut donc aller dans une agence pour leur montrer ça et qu'ils nous trouvent une solution!! FISSA!!

Entre deux allers-retours meuble du salon où sont rangés les papiers et sac à mains, je prend le temps d'aller aux toilettes (quand même) et je m'aperçois que j'ai perdu le bouchon muqueux....mon intuition était donc bien la bonne : ça se confirme, et ma puce à l'oreille ne m'avait pas menti tout à l'heure : c'est pour bientôt!

Episode 2 : On passe en mode : c'est pour bientôt!

Je passerai sur le passage à l'agence Orange proche de chez nous, complètement surréaliste, qui m'a mise en colère contre ces fichues façons de communiquer avec ses clients par téléphone maintenant : interlocuteurs formatés et inhumains, phrases toutes faites, cases à remplir (et dans lesquelles bien sûr tu ne rentres pas!)..bref, on marche sur la tête, je m'énerve, finis par être très désagréable avec la femme que j'ai au bout du fil, qui n'a pas une once de jugeotte et par pèter une quiche dans l'agence, devant le regard parfois médusé des autres clients qui attendent leur tour.....Mais comme je le dis à cette femme/robot que j'ai au bout du fil : je suis limite entrain d'accoucher dans l'agence alors ses histoires de codes postaux et d'agence relais, je m'en bats, moi je veux mon téléphone de rechange le plus vite possible et pas à 30 bornes de chez moi...je l'aurai le lendemain, fin d'après midi, dans cette même agence.....Je sors excédée de là.......et je sais bien, moi, que le lendemain en fin d'après-midi, je ne serai pas disponible.......

Mari me prètera son téléphone en attendant et reprendra son vieux...............

Nous rentrons manger...mais je n'ai pas faim.

Mari et les enfants mangent des pâtes, pendant que je prends une douche.........

Puis je décide qu'il est temps d'aller faire les dernières analyses sanguines que j'ai à faire.......

Je n'ai aucune contractions, rien qui puisse m'indiquer que je pourrais accoucher bientôt, mais mon intuition me dis le contraire...

Les prises de sang sont faites....je me dis que ça y est, c'est la dernière fois que je viens dans ce labo, "mon" labo, pour vérifier la toxo et tout le reste...la dernière fois qu'on me demande à quand remonte mes dernières règles, la dernière fois que l'infirmière me parlera de ma grossesse..........

Je commence à avoir des contractions, mais rien de bien différent de ces derniers jours : c'est espacé, pas régulier, peu douloureux....

Nous nous rendons chez mon frère, pour y passer un moment...c'est à 2 pas du labo....

Il pleut...

Chez lui, je me dis que je devrais noter sur un papier mes contractions.

C'est là que je me rend compte que si, elles sont régulières : 20 minutes à chaque fois.

Puis 18 minutes.....

Puis 10.....

Nous devons passer un moment chez les parents de Mari...je lui dis alors que ce serait bien que ce soit maintenant....et qu'ensuite on puisse rentrer chez nous, j'ai vraiment envie et besoin de me retrouver chez moi, dans mon univers, à me concentrer sur ces contractions, sur ce qu'il se passe....j'ai besoin de me "regarder le nombril" en quelque sorte....de me mettre un peu dans ma bulle...de me préparer.

Chez mes beaux-parents, les contractions s'espacent encore de moins en moins, et s'intensifient en douleur.

Maintenant c'est toutes les 8 ou 7 minutes que je contracte....

Je donne le GO de départ, nous devons rentrer chez nous.

Je prends des Spasf** .....nous mangeons...

Mais pendant le repas, j'ai vraiment guère faim et les contractions changent encore un peu, me coupent le souffle....mais elles ne se rapprochent pas.

Dans la matinée, j'avais appelé ma mère pour lui dire que sans doute les choses allaient se précipiter, qu'il fallait qu'elle se prépare à ce que je l'appelle n'importe quand désormais, pour lui emmener les enfants, ou qu'elle vienne les chercher, suivant mon état.

Avec Mari, nous nous demandons, compte tenu du fait que les contractions ne passent pas, si ce ne serait pas judicieux que les enfants passent la nuit chez leur grand-mère, tranquilles, au cas où.....et si jamais c'était une fausse alerte, et bien tant pis...

J'appelle ma  mère et je lui en parle, elle pense comme nous...elle les attend.

Je met sur leurs dos les petits sacs que j'avais préparé depuis des semaines, avec leurs pyjamas, des doudous, des jouets et des rechanges....je les bisouille, je les rassure, je leur explique, et re explique et re re re explique.........

Ils sont excités, pressés que le bébé arrive, contents d'aller passer la nuit chez mamie....mais inquiets aussi, et comme ils l'ont fait pendant des semaines, ils me répètent que je vais leur manquer pendant que je serai à l'hôpital....

Il me font coucou de la main.....et partent.....je suis prise d'un cafard monstre.....à en pleurer un peu....

Ils me manquent, je culpabilise, je ne sais pas trop pourquoi...

Je fais un peu de rangement, vérifie les dernières petites choses à emmener à la mat, je tourne aussi un peu en rond.....me met sur l'ordi et parlote avec des copines.....(les mam's du groupe, si vous me lisez ;) ) ......elles sont apparement presque toutes certaines que c'est imminent.

Moi je ne met à douter du coup...mes contractions semblent vouloir se calmer......

Episode 3 : les choses s'accélèrent

Je vais me coucher, je suis exténuée...

L'appart me semble tout vide sans mes 2 grands.....

Mais au fond de moi, je suis comme "prête".

Je m'endors devant la télé.

Je suis réveillée vers 2h par des contractions moyennement douloureuses, je chope mon téléphone portable et à moitié endormie je compte.......

A la télé, c'est Rendez-vous en terre inconnue, l'épisode avec Muriel Robin.....c'est au moment où elle descend dans la grotte et que je la regarde se frotter les seins contre ce qui semble être de la terre glaise, que je ressens une contraction bien violente, qui me plie en 2.......et puis une autre.....maintenant, moins de 5 minutes les espacent.

Je le sens, plus besoin de se poser de questions : c'est maintenant ! c'est now !!!

Je réveille Mari : "c'est le moment"

Il me répond, motivé mais la gu**** dans le c**:  "OK! laisse-moi 5 minutes"

je lui laisse ces 5 minutes, je suis déjà habillée, je tourne en rond, entre 2 contractions je finis de me préparer, je joue la maniaque en rangeant 2 ou 3 petites choses qui trainent, ou plutôt en les déplaçant juste de quelques centimètres, comme si j'avais des tocs de rangement! lol

Mari nous sert un verre de jus d'orange....fume sa clope sur la terrasse, va aux toilettes....il prend TROP DE TEMPS !!!

je le presse, lui dit que ça urge...je me penche et m'appuie sur les meubles pendant les contractions, souffle, et quand la contraction est passée, je suis bien, détendue, bien réveillée, prête!

Les valises sont dans le couloir, nous sommes prêts.

Je dis aurevoir au chien, je ferme la porte et c'est parti.

Episode 4 : A la maternité, le travail

Dans l'immeuble tout est calme et silencieux, il est 3H30 du matin...dehors il pleut un peu.

Mari me demande si je veux qu'il approche la voiture, je lui dis que non, que ça va aller.

En effet, comparé à l'état dans lequel j'étais pour la naissance de mon second, je suis plutôt alerte...mais bon, c'est ce que je voulais! De nouveau accoucher en catastrophe parce qu'on arrive "trop tard", je n'en ai pas envie!

Nous arrivons devant la maternité 1 ou 2 minutes plus tard, forcément, nous habitons à côté!

Mari se gare juste devant la porte.

Je sonne.

On me répond : "oui, c'est pour quoi?"

(j'ai toujours aimé cette question LOL)

On se souvient que 5 ans auparavant, au même endroit, je ne pouvais plus marcher ni parler et que j'avais cru accoucher là, sur ce paillasson, entre les 2 portes....là, à quelques mètres des salles d'accouchement!

On vient nous ouvrir.

On me sourit, on me prend mon dossier, ma carte de groupe sanguin, on me demande de faire pipi dans un gobelet....

Puis on me dit de m'installer en salle d'accouchement, que la sage-femme va arriver.

On papote avec Mari, on se dit qu'il fait froid dans cette pièce...on se dit aussi qu'on a sommeil...on se dit qu'on espère que le travail a bien commencé, qu'on est pas venus "pour rien"..

La sage-femme arrive, petites questions habituelles, lecture du dossier.....

Elle me met une chemise de la mat, ouverte sur le derrière, comme j'aime lol ...elle me dit que je serai plus à l'aise...mouaih... ^^

Puis elle m'ausculte : mon col est dilaté à 2.......je suis un peu déçue, je m'attendais à plus!

Elle m'explique que puisque je veux la péridurale, on pourrait me la poser maintenant, si je considérais qu'en terme de douleur j'étais à mon max, mais ça serait du coup long et que peut-être il vaudrait mieux attendre....

Je suis tout à fait d'accord avec elle, et puis en effet, pour le moment, la douleur, même si elle me fait un peu grimacer, est tout à fait gérable.

Elle me propose de rester allongée là, et qu'elle revienne d'ici une heure.

L'heure s'écoule, tranquillement....nous discutons avec Mari, nous plaisantons, nous sommes détendus...mais fatigués.

Je suis sous monitoring, je vois le rythme cardique de mon bébé et les chiffres des contractions....parfois Mari me prévient :

"y'en wouala une!!!"

"Oui oui! je sens!!" lol

Elles ne sont pas égales en intensité, parfois je douille, parfois elles sont quasi faibles........surtout, je le sens bien, elles ne sont pas assez longues! quelques secondes et elles repartent....

Mon intuition était la bonne, une heure après, la sage femme me dit que mon col est maintenant à 2,5, plus mou...mais que les contractions ne sont peut-être encore pas assez efficaces.

Elle me propose une chose qui me dit bien : monter dans la chambre qui me sera attribuée une fois bébé là, comme ça nous sommes tranquilles, nous pouvons poser nos valises, je peux rester mobile, faire ce que que je veux, marcher, faire du ballon, m'assoir, me coucher et dès que je sens que ça devient imminent, que les douleurs ne sont plus gérables, j'appelle, et on me redescend en salle de naissance pour la pose de la péridurale et l'accouchement.

Je trouve cette idée bonne, Mari aussi.

De toute façon, c'est 1000 fois mieux que de devoir rentrer chez nous, et 1000 fois mieux aussi que de rester dans la salle d'accouchement aussi longtemps.

Me voici donc avec ma main droite dans le dos à tenir ma chemise ouverte pour encore préserver ce qu'il me reste d'intimité pour traverser les couloirs, la main gauche sur mon ventre....à souffler bien profondément pendant les contractions qui rythmeront le trajet "salle d'accouchement/chambre de la mat"

 

20140710_205131

 

20140708_060539

C'est donc ici, dans cette chambre 292, que tout va vraiment commencer........

Episode 5 : les choses sérieuses commencent.....

Nous faisons le tour du propriétaire, nous trouvons cette chambre spacieuse et accueillante, nous discutons et plaisantons encore.

La sage femme va me chercher une carafe d'eau et un verre et m'autorise à boire une gorgée ou deux (je crève de soif) "parce-que sinon vous allez tout nous vomir dessus en bas" LOL

N'empêche que quelques minutes plus tard, la soif me taraudant, et ne me souvenant plus de ses instructions, je saute sur mon verre et en boit une grande rasade....avant de dire en m'étranglant "merde!! j'ai pas le droit"..........j'en recracherai une bonne partie dans le lavabo, je suis vraiment bien disciplinée! ;)

Bref, Mari s'installe dans le fauteuil jaune......il se plaind qu'il ne s'incline pas...qu'il pourrait alors s'installer pour dormir plus confortablement.

Je lui demande si il ne veut pas non plus que je lui laisse mon lit (nanmého!! ^^ )

Moi je marche un peu autour du lit, je regarde par la fenêtre (la pluie toujours....), je fais un peu de ballon........mais je suis vraiment trop fatiguée et je n'ai qu'une envie : DORMIR !!

Je prend donc le coussin d'allaitement, le place pour être à peu près bien, et je m'allonge......j'ai froid, je me couvre les jambes.

Les contractions sont très régulières, et très peu espacées (moins de 5 minutes au début, 2 minutes à la fin).......quand je me retourne, je constate que même si le fauteuil ne s'incline pas, Mari a réussi à trouver le sommeil !!!!!!!!  :D

 

20140708_071106

Et moi finalement je fais un peu pareil, je m'assoupis régulièrement......SOUFFRANCE en plus !!

 

20140708_071124

Sur la fin, les contractions sont espacées de 2 minutes, et tellement douloureuses que les larmes coulent sans que je ne le veuille, sans que je n'y puisse rien. Je me cramponne aux draps, je gémis. Et je sens que LA, elles sont efficaces.......

Mari s'est réveillé et dit qu'il faut qu'il se motive, qu'il va aller se chercher un café....il s'assoie à côté de moi, je lui prend la main (lui destroye), il me dit de bien respirer, de ne pas me bloquer, il me dit "ma pauvre ma femme", il me dit aussi qu'il faudrait peut-être que j'appelle maintenant? non?

NON??!

Je dis que oui..............mais que je veux faire pipi avant.

Il est 9H30, ça fait depuis 5H30 environ que nous sommes dans la chambre...ça fait donc 4 heures que je suis en travail, "tranquille" dans un lit, sans perf, sans monitoring, en gérant mes positions, ma respiration (et mes vieux râles), en pouvant me concentrer sur ma douleur, en pouvant mentaliser à chaque contraction....Toujours cette même belle image de ma famille dans ma tête pour ne pas me focaliser sur ma douleur, pour pouvoir respirer, imaginer le travail que nous faisons tous les deux avec mon bébé.....voir dans mon esprit mon corps et mon enfant se mettre en parfait accord pour rendre le travail efficace et le plus naturel possible.

Cette harmonie entre mon bébé et moi semble bien fonctionner, je souffre énormément et je commence à me demander comment je vais redescende en salle d'accouchement, mais je suis contente de moi, de nous...je suis sûre que ça a porté ses fruits.

Mari me dit souvent que je suis un "animal" pendant mes accouchements surtout, mais c'est vrai je crois....

Je sonne.

Quand la sage-femme arrive, je suis entrain de sortir des toilettes.

"Vous avez bien tenu! Ca y est? vous voulez descendre? vous avez très mal?"

ma réponse : une grimace qui me déforme à mon avis tellement le visage et un corps tellement plié en deux, qu'elle ne fera en fait que répondre : "AH! tant que ça! allez, on descend!"

"vous vous sentez de descendre à pieds ou on prend un fauteuil?"

je me souviens lui avoir répondu "je sais pas!!" comme je répond à mes grands quand ils me saoulent avec leurs questions à 2 balles et que je suis, au choix, exténuée, occupée, excédée......

Finalement, on descendra à pieds.....................et j'avoue que je ne m'en souviens guère......j'étais à ce moment là en mode guerrière, ailleurs, loin!!

Episode 6 : En salle d'accouchement.....

Nous sortons de l'ascenceur et nous retraversons le couloir pour nous rendre de nouveau dans la salle d'acouchement.

Je croise la sage-femme qui m'avait prise en charge dans la nuit. ELLe est entrain de partir, elle a fini sa garde.

Elle me demande si ça va et me dit, elle aussi, que j'ai bien tenu, et me souhaite bon courage en me frottant l'epaule et en ajoutant :"allez je suis sûre que là vous êtes au moins à 4, 4,5"......

D'autres personnes me disent bonjour, je distingue des silhouettes et j'entend leurs voix, mais franchement je ne les vois pas...je suis bien élevée alors je répond....mais je ne sais pas trop comment! ^^

Je m'assied sur le le lit, je souffre atrocement cette fois-ci.

Les contractions me déchirent le ventre et le dos et j'ai bien du mal dorénavant à me concentrer, à rester maîtresse de ce qu'il se passe, tant elles sont intenses et rapporchées. J'ai à peine le temps de me remettre de celle qui vient de passer que la suivante arrive, fulgurante!

Une sage-femme arrive....elle me dit qu'on s'est croisées dans le couloir tout à l'heure....ah??? je lui dis que je veux bien la croire....elle me pose des questions: nombre d'enfants, quels poids à la naissance, si on ne se connaît pas, par hasard et patati et patata....je répond sèchement, froidement, enfin, j'en ai la sensation.... je lui demande alors de ne pas me prendre pour une sauvage, mais que vraiment, là, j'ai trop trop de mal à parler, et même à comprendre ce qu'elle me dit, tant je souffre........

Elle me dit que ce n'est pas grave, qu'elle a l'habitude (bah oui, je me doute! ^^)

Elle m'explique la suite des évènements, je suis pendue à ses lèvres. Je ressens maintenant le besoin de m'en remettre à quelqu'un d'expérience, de me laisser guider un peu, d'être rassurée aussi.

je sens un peu la panique monter en moi....la douleur sans doute qui me travaille au corps.....et les peurs d'un souci, pour le bébé ou moi, qui remontent à la surface.

Ce qui rajoute un peu à ma panique : l'affiche punaisée en face de mon lit : "Que faire en cas d'hémorragie du post-partum"...le truc qui me fait bien flipper....hum hum....

La sage-femme va donc me dire qu'elle va me poser la perf, puis appeler l'anesthésiste pour qu'il me pose la péridurale, puis qu'à ce moment là elle m'auscultera, pas avant, que j'ai trop mal et que ça risque de ne pas être "agréable".........Dans ces moments là, les mots "pas très agréables" sont comiques !! ^^

Je suis ok!

La voilà à continuer avec son énergie qui la caractérisera jusqu'au bout, à parler, parler et parler, tout en tentant de me poser la perf....je dis bien en "tentant" parce-qu'elle en bave.....et je ne suis pas étonnée, pour mes deux autres accouchements, ce fut la même histoire : recherche désespérée d'un endroit où me piquer, sans que la veine "claque". Sur le bras, ça n'a pas marché, elle s'est donc rabattu sur la main.........trèèèèèèès "agréable" justement! non seulement j'ai douillé, mais en plus l'aiguille longue comme un jour sans pain me gênera pendant des heures.........(Et entre parenthèses, tout ça me laissera de sacrées marques, que j'ai encore à ce jour d'ailleurs)

10485987_826489440704378_4546256923787400615_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bref, revenons à nos moutons!

La perf est posée, l'anesthésiste va arriver........Mari est prié de sortir.

Et là, et bien je ne me souvenais pas avoir passé un aussi mauvais moment pendant la pose de la péridurale pour mon premier accouchement, mais franchement ce ne fut pas une partie de plaisir !

Déjà j'ai trouvé l'anesthésiste guère agréable...ou alors je n'ai pas saisi son sens de l'humour!

Il me dit "vous n'allez rien sentir, ça ne fait pas mal"............ce à quoi j'ai répondu "AIE!!!!"....et lui "ou un peu!" ......un peu ouais!!!

Je ne vais pas dire que j'ai énormément souffert, mais la sensation n'a vraiment pas été sympa! Des sensations très étranges, mais surtout l'attitude de l'anesthésiste m'a déplue....m'engueulant presque lorsque ma jambe droite s'est mise à bouger toute seule, sans que je n'y puisse rien (puisque la sage-femme m'a dit qu'en fait c'est quand il passe près d'un nerf...)....

Bref, je ne vais pas m'attarder sur ce moment, puisqu'en effet ce fut un mal pour un bien, car quelques minutes plus tard, lorsque je fus enfin allongée confortablement et qu'on a enfin fichu la paix à mon bras, ma main et mon dos, et bien j'ai senti une grande vague de bien être m'envahir lorsque les douleurs des contractions ont disparu............je n'ai pas pu m'empêcher de dire que oui, vraiment, c'était trop bien la péridurale....quelle merveilleuse invention!

Mari est revenu, je lui ai raconté mes péripéties, je lui ai dit que je me sentais "toute drôle".....mais tellement mieux! .....(même si j'étais  légèrement nauséeuse juste après la pose et que j'ai "perdu" l'usage de mes jambes après l'accouchement car très très engourdies)

La sage femme est revenue, elle m'a auscultée et miracle, j'étais dilatée à 6 !! Youhou!! :D

Elle m'a expliqué que ça allait aller vite maintenant.

Elle allait me laisser tranquille un moment, puis elle percerait la poche des eaux si nécessaire, je me mettrais sur le côté et malgré la péridurale, je ressentirais mon bébé faire sa progression, à son rythme, sans se brusquer, et je sentirais aussi cette envie de pousser, et qu'à ce moment là, je devrai l'appeler.

Très bien....je profite alors de cette bénédiction qu' est l'absence de souffrance, je me relaxe un peu, détend tous mes muscles, la sage femme me dit que je fais bien, que si je veux me reposer à présent, je peux, que j'aurai besoin de toutes mes forces au moment de la poussée!

Mais soudain j'ai très très froid, je grelote carrément. Lorsqu'elle revient, elle s'en aperçoit et avec Mari, ils me mettent  une couverture sur moi, puis elle allume la lampe chauffante réservée à bébé et la place sur moi....ça me fait un bien fou, je me réchauffe doucement, et je me sens bien.

Il est temps de percer la poche des eaux..........puis de me mettre sur le côté.......On me dit que mon bébé sera là très vite....à moi de rester attentive à sa descente et d'appeller quand j'ai envie de pousser.

Quelques minutes après, j'appelle....je sens que c'est le moment.

Et en effet, c'est le cas.

Soudain ça s'agite autour de moi, la sage-femme, la puéricultrice et ses stagiaires se préparent, habits de bébés, étriers, matériel en tout genre, et notamment celui pour le prélevement de sang du cordon etc.........je les sens sûres d'elles, efficaces et sereines, mais dans ma tête c'est un peu un tsunami d'émotions........

Avec Mari on se regarde, on se parle, il me réconforte et m'encourage....il dit que tout va bien se passer, que j'accouche toujours comme une reine.

Tout le monde est en place, moi aussi.

Un dernier briefing de la sage-femme. Elle me regarde droit dans les yeux, elle me dit de me mettre en mode guerrière! et m'explique comment pousser pour être efficace, ne pas m'essoufler pour rien, pour aider au mieux mon enfant.

Elle me dit qu'en 2 ou 3 poussées, mon fils sera là.

Elle avait raison.

3 poussées, "parfaites" selon elle, 3 poussées, 3 fois un effort, 3 fois un surpassement de soi, 3 fois une volonté bestiale de donner la vie, 3 fois et la récompense suprême : mon bébé qui semble déjà me tendre les bras, de l'émotion à revendre, débordante et dévorante, son petit corps tout chaud contre moi, son petit cri, ses yeux bien ouverts et ce visage que je semble déjà connaître.

Après 3 poussées, tout en douceur, sans aucune complication, ni blessures pour moi, Ange était définitivement avec nous, son père en larmes et moi en plein Nirvana.

Ange 08 juillet 2014-juillet1

20140708_113328

Nous n'avons cessé de le regarder, de dire qu'il était magnifique.

FAIRE PART2

La sage-femme et la puéricultice nous ont félicités, ont dit qu'elles aimaient les accouchements qui se passaient aussi bien.

Mari a coupé le cordon.

Notre bébé a été pesé, mesuré....etc....puis habillé....il devenait officiellement un "petit d'Homme", notre petit d'Homme

Je me suis sentie si fière et si heureuse.

Mari n'arrivait plus à contenir son émotion, ses larmes et ses sourires mêlés ne cessaient pas.

Il m'a félicitée, m'a embrassée, m'a félicitée encore....et répétait sans cesse "mais qu'il est beau, mais qu'il est beau, tu es trop forte chérie"

Il s'excusait de pleurer d'émotions, la puéricultrice lui disait qu'au contraire c'était beau un papa ému comme ça.

Je nous sentais si connectés tous les 3, si heureux, si intouchables!

Les minutes qui ont suivies, comme pour celles qui ont suivi les naissances de ses frères, restent indescriptibles, et ce sont des souvenirs dont je me souviens avec toujours le même sourire béat...rien ne peut égaler dans toute une vie ces sentiments si intenses.

Câlins, bisous, photos, caresses, larmes...voilà de quoi furent faites les 2 heures qui suivirent, avant de remonter dans la chambre...........

Nous avions réussi...nous étions de nouveau parents, nous étions heureux, notre enfant était en pleine santé, beau comme un coeur, et nous, soudés comme jamais.

Ange 08 juillet 2014-juillet

BB51

Il nous tardait maintenant que nos premiers enfants nous rejoignent, que nous soyons tous réunis.

Mais ça, c'est une autre histoire.....  A SUIVRE  ;)

<3<3<3 ANGE <3<3<3

bienvenue mon fils, je t'aime

20140708_124403